Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

 

 

 

 

 

BIENVENUE !!!

 

 

 

 
27722id_1369_020_primary_w1600.jpg

Le ciel est à vous de Jean Grémillon.

 

 

 

 

 

Vous reprendrez bien un peu de ciné ?

 

 

 

 

 

Derniers articles

Un (vieil) homme et une (douce) femme

  53 ans plus tard, ils sont de retour. Entre temps, il y a eu une suite (Vingt ans déjà) que tout le monde semble avoir oublié. Etrange. Bref, on est content de retrouver Anouk et Jean-Louis, même si les ravages des ans ne les ont pas épargné, surtout lui, devant la caméra de Claude Lelouch. Quand les deux comédiens sont à l'écran, c'est une magie amoureuse qui apparait et nous émeut et leur conversation pourrait bien durer des heures, on ne se lasserait pas de sa malice, à...

Passage du désir (Court vêtue)

Apprentissage de la vie et du désir d'un garçon qui aura bientôt 15 ans. Ce que raconte Marie Gauthier dans son premier livre, Court vêtue, appartient à un thème presque éculé de la littérature. Ce n'est pas dans l'accumulation des péripéties que la romancière cherche à imposer sa marque mais dans l'ambiance générale, celle d'un été torride dans une bourgade somnolente. Marie Gauthier possè...

Mauvais genre (Just Charlie)

  Sur le site de Télérama, Just Charlie se voit rangé dans la catégorie "film de guerre." Manifestement par quelqu'un qui n'a pas vu le film de Rebekah Fortune ou bien, hypothèse hasardeuse, qui a au contraire bien compris qu'il s'agissait du combat d'un(e) adolescent(e) pour que l'on accepte sa différence. Just Charlie a été tourné avant Girl mais, en sortant après, ne peut éviter la comparaison qui est trè...

L'homme est un loup pour l'homme (Le sauvage)

Guillermo Arriaga semblait avoir tiré un trait sur sa carrière de romancier depuis la parution de Le bison de la nuit (1999 au Mexique, 2005 en France), tout aussi bon, sinon meilleur que ses deux premiers livres. Depuis près de 20 ans, hormis pour un recueil de nouvelles, le mexicain s'était consacré pleinement au cinéma en tant que producteur, scénariste (21 grammes, Babel, Trois enterrements) et réalisateur (Loin de la terre brûlé...

Goredillère des Andes (Meurs, monstre, meurs)

  Avec Los salvajes, le long-métrage qui l'a fait connaître, le cinéaste argentin Alejandro Fadel frappait par sa radicalité, à l'instar d'un Carlos Reygadas, sur le thème de l'animalité qui resurgit chez des humains en mode survie, dans une nature de plus en plus hostile. Meurs, monstre, meurs, pousse le bouchon encore plus loin au pied des montagnes de la Goredillère des Andes, là où des femmes trépassent, finissant avec un corps sans tê...

 

 

 

 

 

 

 

 

 
1635371.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg5922082.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg2212594.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Sorties des 22 et 24 mai

 

 

 

 

 


412GMDrm7aL._SX195_.jpg
Lecture en cours.

 

 

 

 

Pour une visite aux anciens articles de Cinéphile doux : 

http://alainsouche.blog4ever.com/blog/index-9747.html 

 

 

 

 RG2hHcO4.jpg
Coup de coeur musical du moment.

 

 

 

 

 Derniers commentaires

 

 

 

 136384 visiteurs

 

 

Vous recherchez ? :